Pourquoi le chauffage au bois est-il si écologique ?

Publié le : 03 décembre 20225 mins de lecture

Le bois est une bonne source d’énergie, et si la foresterie durable est maintenue, son utilisation pour le chauffage peut réduire l’utilisation de combustibles fossiles, réduisant ainsi les émissions de CO2 et c’est le cas en France. L’essor du bois-énergie n’entraîne pas la déforestation, car l’exploitation de bois est inférieure au développement naturel de la forêt.

Le bois : une source d’énergie renouvelable

En France, l’énergie du bois parvient en tête des énergies renouvelables, devant l’éolien et le solaire. Aussi, il convient de noter que la forêt française peut se reconstituer soit de manière naturelle, soit grâce à l’action de l’homme, par la replantation d’arbres et la gestion éthique des forêts. La reconstitution naturelle de forêt prend entre une quinzaine d’années et deux siècles selon la variété des arbres. Troisième forêt d’Europe, la forêt française occupe 30 % du territoire et est encore sous-exploitée. Le risque de pénurie de bois dans les années à venir est néant. Depuis des millions d’années, l’homme se sert du bois pour se chauffer, et cette source d’énergie va encore durer dans le temps. Par ailleurs, la technologie ne cesse d’évoluer en matière d’appareil de chauffage en bois. L’ancienne cheminée traditionnelle laisse progressivement sa place à la cheminée à foyer fermé, ce qui contribue dans la préservation de l’environnement. Cette cheminée à bois récupère 70 % à 85 % de chaleur produite.

Une énergie à bilan carbone neutre

L’energie bois est l’une des rares sources d’énergie dont le bilan carbone est neutre. En effet, les arbres fixent, lors de la photosynthèse, une quantité de carbone égale à celle qui sera libérée pendant la combustion de leurs bûches. L’énergie du bois est propre, contrairement aux combustibles fossiles qui libèrent du dioxyde de carbone dans l’atmosphère et renforcent ainsi l’effet de serre et le réchauffement de la planète. Dans le sens où il produit un minimum de déchets et peu de polluants lorsqu’il est transformé et utilisé comme énergie finale, le bois est une source d’énergie écologiquement bénéfique. Celui-ci libère du dioxyde de carbone lorsqu’il est brûlé dans un poêle ou une cheminée à bois, mais finalement, un arbre absorbe autant de CO2 qu’il en libère lors de sa combustion, c’est pourquoi l’énergie verte est évoquée ici. Ceci d’autant que si l’économie locale est favorisée, ce qui limite les transports du bois de chauffage et, par conséquent, l’empreinte carbone qui l’accompagne. La conclusion positive est que le chauffage au bois soutient les efforts de protection de l’environnement.

Des appareils de chauffage écologiquement responsables

Les émissions nocives du chauffage au bois, fréquemment tenues responsables de ses effets négatifs sur la qualité de l’air, ont été une source de controverse. Certes, ces émissions polluantes ont été apparentes, mais concernaient uniquement l’ensemble du parc installé, notamment les anciens modèles d’appareils qui émettent des poussières. Selon une étude, les appareils anciens et les cheminées à foyer ouvert sont responsables de 86 % des propagations de particules liées au chauffage au bois. Ainsi, il est crucial de continuer à moderniser le parc en raison des progrès de la technologie des poêles, particulièrement ceux des poêles à granulés, dont le rendement est maximal. Il est conseillé d’utiliser un équipement étiqueté Flamme verte 7 étoiles, de le faire installer par un spécialiste qualifié RGE, et de le faire nettoyer et ramoner deux fois annuellement. Selon le label du chauffage au bois, en moins d’une décennie, l’efficacité énergétique a augmenté de 30 % tandis que les propagations de particules fines et de monoxyde de carbone ont connu une division par 10. Le futur standard européen Eco design 2022, qui porte à la fois sur l’efficacité énergétique et les émissions, est actuellement respecté par certains poêles. Les meilleurs poêles à granulés en matière d’émissions sont ceux qui sont régulés et ainsi indépendants de l’utilisation qu’en fait l’usager.

Plan du site